"C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas..."
Victor Hugo.

Bienvenue dans mon espace.
Un clic ou deux sur l'image et elle s'agrandira pour vous...

vendredi 16 novembre 2012

ça existe encore...


Après une ballade  de fin d'automne sur les crêtes vosgiennes, quel bonheur de se retrouver au coeur de la montagne  dans la chaleur d'une ferme auberge ...Elles sont apparues à la fin du XIXéme siècle,il en est de nombreuses, toutes isolées et gérées d'avril à octobre par un agriculteur et sa famille. Avant que la neige ne recouvre le massif, on raccompagne les animaux vers la plaine pour l'hiver...
Non, nous ne sommes pas n'importe où, cette ferme j'y suis attaché depuis longtemps, un peu éloignée des circuits traditionnels, c'est là que mes fins de journées passées là-haut durent et durent encore... celles dont on voudrait qu'elles ne se terminent pas....Ne pas redescendre maintenant, profiter et retarder encore le retour...
S'attabler là, dans la fromagerie toute proprette où le fameux Munster est élaboré.
C'est la famille qui m' accueille dans cette ambiance montagnarde d'antan  authentique et non artificiellement conservée...et puis cet accent  alsacien qui contribue  plus encore au sentiment de dépaysement...j'adore..
Se retrouver, se reconnaître, se raconter la montagne..., depuis le temps des liens se sont tissés...Le bien qu'ça fait!
Et si l'on mangeait?...J'ai dit manger, pour les grignotages, voir ailleurs!
Le repas marcaire, (repas du paysan)  un menu qui vous tient au ventre et que l'on ne prend pas sur le pouce! 
Tout est cuisiné maison...Allez, j'vais vous dire...
Soupe de légumes, tourte à la viande, attention, la suite arrive...les "Roîgabrageldi" accompagnées de viande fumée, le fromage suit... (munster bien sur...). Le tout accompagné d'un verre (ou deux...)  d'Edelzwicker, un vin sympa! Puis vient le dessert, tartes du jour, aux myrtilles si c'est la saison, ou alors... meringues Chantilly (crème de la ferme)...
Prendre son temps surtout...le temps d'écouter, d'échanger, de s'enrichir encore...
Et puis,il faut bien quitter cette ambiance, mais non sans se faire préparer ce fromage que j'emporterai, assez gros pour en faire profiter les amis, et qui, tout le temps qu'il durera, me fera penser à ces moments passés là-haut et me dire que j'ai beaucoup de chance...
 Oui,il est des endroits à préserver... mais peut-être aussi à ne divulguer qu'aux purs...


 
à la fromagerie...